Gwen Pauls, un gamin bien de chez nous.

GWENLoin du stéréotype du joli cœur écervelé c’est une belle tête bien faite que nous avons le plaisir de vous présenter aujourd’hui.

Il est de ceux que l’on admire pour son parcours et sa détermination : lorsqu’il arrive à Paris en 2011 sur les conseils d’un ami Laurent Piombo aussi agent de grands mannequins (Julia Frauche, espoir du mannequinat français) il rencontre l’agence Nathalie models. Après plusieurs tests photos il se constitue un book puis part, décidé, à la rencontre de clients potentiels. Il séduit très vite le milieu de la mode et commence par un édito chez Grazia puis enchaîne avec le catalogue des Galeries lafayettes, un défilé pour Chanel, un second édito chez GQ France avant d’avoir le privilège de poser pour le Vogue Italia aux cotés de Karolina Kurkova par le photographe Miles Alridge. Il est difficile de citer toutes les apparitions de Gwen Pauls, mais une chose est sûre, on n’a pas fini d’en entendre parler ! Et pour vous mesdemoiselles, il a accepté de répondre à nos questions.

Gwen, quels sont tes projets, tes ambitions ?

« Je vis plutôt au jour le jour. J’aime bien anticiper sans pour autant planifier. Du coup, il n’y a pas vraiment de réponses à cette question, la seule chose dont je suis sûr, c’est que dans vingt ans j’aimerai me voir avec une belle et heureuse famille, peu importe le métier que je ferai.. Le principal c’est d’être heureux. »

Est-ce que tu peux nous parler de la vie de mannequin ? Est-ce comme on l’imagine ?

« La vie de mannequin n’est pas réellement ce que la plupart des personnes en disent. Quand j’ai dit à mes amis que je venais d’intégrer une agence de mannequin à Paris, ils pensaient déjà tous que j’avais un appartement de 200m² sur les Champs-Elysées et qu’un cabriolet sport m’attendait en bas pour m’emmener travailler. Certains mannequins ont la chance de pouvoir vivre ça, mais ça ne se fait pas du jour au lendemain, comme dans tous les métiers il y a une pyramide qu’il faut gravir échelon par échelon. Chacun a ses contraintes, mais pour moi le plus difficile est le fait de ne pas pouvoir profiter souvent de ma famille et de mes proches. J’aimerais avoir une caméra pour leur montrer tout ce que je fais au quotidien, ils me soutiennent énormément dans ce que je fais, mais je crois qu’ils ne pourront jamais réellement comprendre ce que c’est. Ce serait extraordinaire pour moi qu’un jour mes parents viennent me voir pendant une séance photo ou un défilé.
Un aspect très positif de ce métier est le fait de travailler régulièrement avec des personnes très différentes, autant au niveau de leur personnalité, que de leur métier et leurs origines. A force de travailler à l’étranger je parle maintenant anglais et italien couramment, c’est un vrai plus culturel et pour une éventuelle reconversion.
Pour moi la mode est un vaste univers d’artistes qui rythme la rue, ces créateurs ont une influence impressionnante. Je n’ai pas vraiment de créateurs favoris mais j’ai un gros penchant pour les marques italiennes telles que Armani, Gucci, Versace, Dolce&Gabbana, peut-être à cause de mes origines (Catalane et sicilienne). »

Aussi Fleurs bleues que nous sommes nous n’avons pas pu résister à l’envie de lui demander comment était la femme idéale..
« La femme idéale ? je ne l’ai pas encore rencontré, je ne sais pas du tout de quoi elle a l’air, encore moins ce que j’attend d’elle, mais ce serait bien qu’elle se pointe, et vite !! (rire) Je suis très attentionné et j’aime faire plaisir mais mon gros défaut c’est qu’au moindre souci j’envoie tout en l’air. J’ai du mal à faire confiance aujourd’hui, je l’ai surement trop donné auparavant. Le truc le plus fou que j’ai fait pour une fille a été de l’aimer. Ça peut paraître anodin, mais je suis tombé amoureux une fois, une histoire de presque deux ans dont j’ai beaucoup souffert. Le premier amour comme on dit… »

A l’heure où nous écrivons le beau Gwen s’est envolé pour New-York où il a signé avec l’agence Ford.
On lui souhaite énormément de réussite, et surtout qu’il reste tel qu’il est, parce que nous c’est comme ça qu’on l’aime !

Publicités

2 réflexions sur “Gwen Pauls, un gamin bien de chez nous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s